RCB : Dernière danse à Bgayet ?

0
410

Par Billel Boudj

20h, cinémathèque de Bejaïa, une atmosphère lourde se fait ressentir et ce n’est pas que le climat de ce début de mois de septembre qui se fait ressentir, car le ciel s’est chargé de grisaille pour cette soirée de clôture. Et l’annonce de l’arrêt des RCB par Lilia Aoudj, directrice artistique de l’unique événement indépendant du paysage cinématographique algérien.

Une atmosphère de fin de film qui laisse bouche-bée certains, et qui doit nous pousser à de nouveau questionnements, nécessaires pour sortir de la censure méprisante, devenu un réflexe naturel.

Les RCB s’arrête ainsi, sur deuxième film censuré, après le Ben Mhidi de Bachir Derrais pour d’obscures raisons, lui aussi. Mais est-ce une fin en soi ? Serait-ce le point de non-retour qui nous privera de films que l’on ne verra jamais ailleurs ?

Comment y répondre sans tomber dans la spéculation facile mais qui ouvre un champ où de l’espoir renaîtra sûrement. Il n’est interdit à personne de rêver de plusieurs festivals indépendants qui pousseront comme des champignons çà et là.

Il n’est pas interdit de voir de nouvelles rencontres fleurir, sinon à quoi serviraient tous ces projets initiés par les RCB et surtout l’association Project’heurts, qui active le reste de l’année, non seulement à l’organisation de cette événement majeur, qui était une bouffé d’air culturel, ainsi que d’autres événements comme le ciné-club et des nuits dédiées à des genres filmiques bien définis ?

Non, au risque de me répéter, gardons espoir pour de nouvelles aventures, aussi palpitantes voire plus, qui feront revivre cet esprit d’espace d’échange et de discussion, de partage et de véritables rencontres.

Séchons nos larmes, effaçons cette tristesse et ce dépit, car Bejaïa vaut bien un dernier tour de danse.

« Il ne faut pas s’arrêté sur ça, la vie est une bonne nouvelle », comme sait si bien relativiser, Abdennour Hochiche, ancien directeur des Rencontres Cinématographiques de Bejaïa. Serait-ce l’annonce de choses nouvelles pour le cinéma indépendant algérien, dans un avenir proche ?

Seul le temps nous le dira.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here