Routine d’obéissance

0
398

Par Asma Aliouat 

Chaque vendredi, on assiste à la même scène. Les rues sont de plus en plus vides et inhabitées. Les établissements fermés, les rideaux baissés pour annoncer une longue journée, pour des heures interminables. Les hommes sont tous dehors, les enfants, eux, passent la journée devant la télé à regarder des dessins animés jusqu’à l’heure du repas. Les femmes pas loin de leur cuisine. Elles font plus de ménage que l’habitude, aux alentours des buanderies ou sur les terrasses, d’autres ont la chance de partir quelque part ou sortir pour une promenade familiale mais la plupart d’entres elles rejoignent vite l’univers des servitudes domestiques, les délices du ménage. Le monde de la lessive et la vaisselle, entre les deux, il y a les deux repas et juste avant , le parterre. Il faut veiller à utiliser les détergents et il ne faut pas oublier de ranger les placards, repasser et ramasser tout ce qui traine. Mettre de l’ordre partout. Avant le retour d’un père ou d’un mari ou des frères, parfois flanqués de deux ou trois cousins qui débarquent sans crier gare. Il faut servir tout ce beau monde qui passe le plus clair de son temps à l’extérieur, à se balader entre hommes, dans les rues qui grouillent au masculin ,tandis que les femmes s’occupent des choses de « bonne femme » …
Vendredi est un jour qui incarne parfaitement la fadeur et la monotonie sinistre de nos vies …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here