Coup de sang : éteignez la télé et allez jouer aux dominos !

0
573

Par Boudj

Chaque année, l’Algérie se met à un rythme ramadanesque devenu ces dernières années synonymes de répit pour nos chaînes de télé qui, après une année remplie de micros-trottoirs aussi vide de sens que le temps d’antenne qu’ils prennent, se tournent vers la production de caméras cachées.

A ce qu’il parait, il n’y a plus d’argent pour créer des sitcoms ou des feuilletons. On peut dire que c’est un mal pour un bien, vu le rendu final qui coupe le souffle l’appétit. Sauf certaines productions qui valent le coup.

Revenons à nos moutons avec les caméras cachées, divertissement du pauvre producteur qui sait qu’il n’aura à payer que l’équipe technique et les « comédiens » qui se sont fait plaisir à piéger les « stars » sorties du placard exprès pour faire plaisir aux téléspectateurs qui se moquera à gorge déployée de la mouise, enfin à la situation prétendument comique de la victime.

C’est vrai qu’il est un peu tôt pour juger à quel point les caméras cachées, censées être drôles, sont mauvaises au point de vouloir jeter sa télé par la fenêtre, mais je ne peux pas m’empêcher de dire que oui, c’est mauvais, nul et zéro. Et encore, je les ai toutes vues sur le net, c’est vous dire à quel point la télévision s’est dégradée.

Mais la dégradation des programmes télévisuels ne remontent pas à ce début de ramadan. Souvenons-nous de la caméra cachée de Rachid Boudjedra, dégradante à souhait pour la victime, et jouissive pour le téléspectateur qui se réjouit du malheur de personnes connus.

Bien sûr, les caméras cachées ne mettent pas seulement des personnages publics, je peux vous citer la caméra cachée d’El Bilad, le pitch est simple, un abru…euh un monsieur marié veut piéger sa femme on ramenant une ancienne conquête, la femme tombe dans le pige et frappe son mari avant qu’il ne lui dise que c’est une caméra cachée. Une chance que sa femme ne soit pas armée…

Il y a aussi le faux laboratoire d’analyse, une des personnes piégées, Hichem Okbi, joueur à Oran, fond en larme parce qu’on lui annonce qu’il est chargé comme une mule, tout ça sur fond de rires synthétiques. Plus que flippant et dégradant.

Et la symphonie dissonante continue ainsi comme la première caméra cachée de ce mois avec Cheba Dalila ou encore DJ Alcapone (DJ qui ?) sans discontinuer, entre les bips assourdissants attestant du langage fleuri de nos artistes et l’incompréhension des situations qui se veulent être drôles. N’est pas Marcel Beliveau ou Patrick Sébastien qui veut, mais un minimum de subtilité ne fait pas de mal.

Il est compréhensible « qu’en temps de crise », on ne va pas jeter l’argent par les fenêtres pour un programme de divertissement coûteux, mais est-ce que cela doit aller dans des programmes cheap qui ne donne pas envie d’allumer sa télé ?

Mon conseil : achetez-vous un jeu de dominos ou des livres, au moins vous ne risquerez pas de vous cramer les neurones…

Et tiens, voici un exemple de caméra cachée vraiment drôle :

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here