Chronique : Il fut un temps, la magie de la parabole

0
952
© Houria Mosbah, Modele photo : Ibtissam Moussar

Par Asma Aliouat

Qui ne se souvient pas de la fameuse phrase de Fatiha Berber dans son film « Ayla ki Nass » :  » ya radjel les dradji ont acheté une parabole . Dabar rassék moi aussi je veux une parabole ! « 

À l’époque, l’antenne parabolique était la seule référence  » civilisationnelle  » qui nous mettait en contact avec le reste du monde. Avoir une antenne parabolique était un luxe, voire une réussite sociale ! Chaque algérien rêvait d’avoir un travail, une maison, une épouse, des gosses et,…une antenne parabolique. La panoplie du bonheur ! Grâce à l’antenne parabolique, à travers le poste de la télé analogique, on pouvait voyager partout dans le monde. Un nouveau monde était désormais possible ! Une fois  » parabolé  » on pouvait facilement voyager d’une chaîne à une autre, grâce aux séances de zapping, des dizaines et des dizaines de chaînes défilaient sous nos yeux. Même si on ne retenait rien, c’était déjà bien , car c’est bien cela le but de la télé par « satellite  » tout voir et ne rien retenir. On parcourait le monde à la vitesse grand V, d’une chaîne à une autre, Nil TV, MBC, Hannibal TV, Beur TV, Dubaï TV, Bollywood TV. Un long voyage s’étendait du Maghreb jusqu’à l’Inde . Le tour du monde en 24h était désormais possible. Les femmes pouvaient enfin s’offrir  » le voyage de noces  » dont elles avaient toujours rêvé ». Grâce à l’antenne parabolique on pouvait même prédire le futur, à travers l’horoscope et les rubriques  » برجك اليوم » !. Quel que soit le modèle de la parabole ou de la télé ( analogique ou numérique ) on tâche toujours de laisser le poste télé allumé de plus en plus longtemps. L’idéal serait que la télé marche en permanence, même s’il n’y a personne devant, car la télé est considérée comme un membre de la famille, avec lequel on partage des moments agréables. Car de nos jours, les gens ne ressentent presque aucun besoin de communiquer. La communication avec les êtres humains est souvent ennuyeuse et sans intérêt. On préfère donc, le plus souvent, de partager des moments  » spéciales  » avec la télé. Et bien sûr, les familles algériennes s’organisent en fonction de chaque programme télévisé. Après une longue journée de ménage, les femmes s’offrent le luxe de regarder les feuilletons turcs, qui inondent désormais nos petits écrans . Et pour s’échapper à la routine infernale, quoi de mieux que mater les muscles de kivànç tatlitug ? Le Dieu olympe vénéré par toutes les femmes … L’après- midi est généralement consacré pour les petits  » la raison de vivre  » de toutes les mamans. Eux aussi, ils ont droit à avoir leurs dose quotidienne de dessins animés. C’est toujours bien, ça les occupent, ça les calment. Et pour les aider à entraîner leurs capacités cérébrales , ils peuvent toujours s’amuser à chantonner les slogans des pauses pub , pendant que la maman prépare à manger .
En attendant qu’on soit assez stupides pour regarder l’écran en bavant, on a des progrès à faire jusqu’à l’heure du flash info. Une règle de base : tous les occidentaux sont intelligents, démocrates, pacifiques et défendent la « cause  » des dauphins. Tous les arabes sont violents , terroristes alors que les noirs sont sous-alimentés et subissent toute sorte de maladies, épidémies, sécheresse, catastrophe naturelles, génocides … Une fois que le mélodrame s’achève, papa et maman peuvent, enfin, avoir un petit tête-à-tête sous la lune blanche de la chambre, pour briser le silence qui monte entre eux, devant cet intrus lourd qui est la « télé  » l’épouse frotte ses bras nus dans l’espoir naïf que Monsieur va se rapprocher, la serrer contre lui pour la réchauffer en cette froide journée d’hiver battue par la pluie …Mais merde, lui aussi a le droit d’avoir un moment avec la télé ,après une dure journée au boulot, il a le droit de se gâter un peu, regarder un clip d’une chanteuse au corps de sirène, qu’elle déteste aussitôt puisque la blonde plastique prend toute son attention. Une fois le spectacle est terminé , on éteint la télé et on se couche, chacun  » son » bout du lit, chacun  » son  » territoire  » comme pour dire  » on n’est pas heureux comme ça ? »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here