Brutality Fest, des progrès à faire mais ça avance

0
494

Par Boudj 

Le spectateur éprouve toujours des appréhensions avant d’aller à un concert de musique, et Brutality Fest qui a organisé sa quatrième édition n’échappe à la règle. Eh oui, il s’agit de la troisième organisation qui s’occupe de faire la promotion de groupes de la scène metal algérienne.
Samedi dernier au Musée National des Beaux-Arts, cette équipe proposait programme varié, composée de formation jouant plusieurs styles de metal, du trash metal avec Hypnotica, du heavy metal traditionnel avec Old Soul et du death metal avec Vomitgore et Flesh Decay.
Il y a toujours des retards dans les concerts, ce n’est pas grave, vu que le set commence avec Hypnotica qui déroule son répertoire. Le public est déchaîné en cette après-midi ensoleillée, sur la terrasse du musée qui donne sur le Jardin d’Essai. Et on peut passer sur quelques petites erreurs dans la prestation de la formation, mais pas sur cette coupure de courant qui va calmer les ardeurs du public.
20 minutes plus tard, le concert reprend, Hypnotica termine avec une dernière chanson pour laisser la place à Old Soul, la formation est à sa deuxième scène, et présente un set un peu plus fourni que son premier concert à la maison de jeunes d’Hussein Dey. C’est maîtrisé et juste, une question se pose, quand est-ce qu’ils comptent enregistrer leurs titres ?
Les deux derniers sets laissent la place au death metal, d’abord avec Vomitgore. L’un des gros reproches que l’on fait souvent à ce groupe, et la qualité plus que discutable de leurs compositions, mais cela fait un petit moment que le groupe n’est pas monté sur scène, mais malgré cela, il y a un mieux dans le travail du groupe. Vomitgore semble progresser même s’il y a encore quelques petits couacs. Le concert se clôt enfine avec Flesh Decay, l’influence du death metal sauce Chuck Schuldiner (feu leader du groupe américain Death) se ressent fortement.
Mais, car il y a un mais, le concert ne s’est pas déroulé dans les conditions les plus optimales en ce qui concerne le son. En effet, ce qui a le plus gâché la prestation des groupes a été le travail de la personne chargée d’assurer le son. En effet, cette mauvaise gestion du matériel a même fait court-circuité une des sorties. Une grosse anomalie qui, espérons le, sera réparée lors des prochains événements de Brutality Fest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here