Coup de sang : laissez-nous critiquer en paix

0
376

Par Boudj 

La petite mésaventure, la semaine dernière, d’un confrère travaillant comme journaliste culturel dans un quotidien national m’a interpelé est rappelé une petite anecdote similaire. Il y a quelques années de cela, j’avais chroniqué un festival qui réunissait des artistes français et algériens qui s’était tenu à la salle Atlas.
J’avais donc écrit un papier sur les trois jours qui se sont déroulés, et j’avais émis un petit avis sur un « artiste », dont je préfère taire le nom. Après publication, je reçois un message de cet individu, « ton papier c’est de la merde sans plus, pauvre con ». Ma réponse a été quasi immédiate, « merci d’avoir lu mon article et donné un avis aussi subjectif que le mien », avec un petit sourire. La personne m’a bloqué depuis.
Dans cet article, je n’ai fait que donné mon avis, d’apprenti critique, je n’ai à aucun moment était insultant par rapport à l’effort qu’il a fourni, même si cet effort n’avait rien d’extraordinaire. Mais cela m’avait donné un enseignement assez intéressant en ce qui concerne l’artiste et son travail, pour sa défense, je dirais que son égo en a pris un coup, sûrement à cause du fait que personne ne lui dise en face que son travail est faible, frôlant la simplicité de l’amateur quand il tente de faire quelque chose.
Pourtant, je n’ai fait que mon travail, car oui, critiquer une œuvre est un travail qui nécessite un effort de la part du journaliste qui l’entame. De tout temps, les critiques ont toujours été affublés de l’étiquette d’artistes ratés qui se défoulent sur les œuvres des autres, une sorte de vengeance malsaine dû apparemment au traumatisme de ne pas avoir été reconnus comme artistes.
Si pour certains, cela pourrait être le cas, la majorité n’est pas dans cette optique, mais il n’est pas normal qu’une personne qui fait son travail dans l’honnêteté la plus total se fasse lyncher par une horde d’aveugles. Pourquoi s’emballer sur une critique positive ? Pourquoi geindre à la moindre désapprobation si ce n’est qu’inconsciemment, on sait que ce que l’on fait est mauvais ?
Un avis critique est émis dans le but d’encourager l’artiste à revoir sa copie, le public est néanmoins seul juge du succès ou du flop retentissant d’une œuvre ou d’une représentation.
Cependant, je me demande parfois si l’humilité existe chez certains artistes qui semblent aussi oublier que le doux son des flatteries n’est pas le meilleur moyen de se surpasser dans son métier. Un artiste accompli est avant tout un artiste qui divise les foules par ses œuvres, parce que c’est ce qui pourrait susciter l’intérêt du public, et non les pleurnicheries sur les réseaux sociaux.
En gros, il faut toujours connaitre ses lacunes, c’est le meilleur moyen d’apprendre à les corriger. Ce n’est pas un crime de laisser de coté son égo, et corriger le tir. Je ne peux pas dire « tu reçois ta critique et tu fermes ta gueule », tout comme je ne peux pas dire, « un chimpanzé aurait été plus convaincant que toi ».
Je le redis au cas où, une critique est aussi un moyen concret de situer son niveau, une critique est toujours constructive, car elle avance des arguments concret et non des jugements hâtifs et enfin, une critique cinglante n’est pas l’arrêt de mort d’une carrière artistique.
Je lance un simple à tous les artistes, nous critiquons pour vous aider et non vous enfoncer. Si vous pensez le contraire, alors votre carrière n’a pas de sens. Ce qui fait qu’il faudra plutôt penser à une reconversion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here