Afrockaïne, Revival : retour aux sources du rock

0
1204

Par Boudj

Voilà six ans qu’est sorti le tout premier album du groupe originaire d’Aïn Benian, et ce lapse de temps est largement justifié. Le groupe avec ce second effort discographique qui a nécessité un temps de composition et d’écriture justifié dès les premières notes de We’re Back, qui annonce la couleur, Afrockaïne revient avec un son bien gras et heavy, jouant avec les influences algériennes ainsi que la participation de Khaled Louma (T34), qui pose sa voix rocailleuse dans ce retour gagnant.

Les titres se suivent, mais ne se ressemblent pas, et on replonge dans ce vieux rock, aux guitares saturées avec un son bluesy qui donne un effet vintage unique, en plus de cette batterie, dont le son rappelle Led Zeppelin, ce dirigeable de plomb qui a influencé nombre de rockeurs. Mais Afrockaïne ne s’arrête pas là, Propaganda par exemple, est un titre que seul groupe de rock pourrait faire, une mélodie simple et passe partout mais avec une efficacité indéniable.

Mais que dire aussi de Back To The Root est comme son nom l’indique, un véritable retour à ce qui caractérise un groupe de rock instrumentalement parlant, la présence de l’orgue Hammond, cher à Deep Purple, la batterie zeppelinienne et cette guitare dont je n’ose même pas chercher l’origine, il est bon de ne pas trop chercher les influences quand le son envoie du lourd dans les oreilles.

 Mais un groupe de rock ne fait pas que torturer les amplis pour sortir le son le plus puissant du monde, il sait jouer avec les styles musicaux, donner dans le heavy avant de virer dans la douceur du son clair, avec les variations qui vont avec.

Toujours dans cette thématique de variation, ce qui fait le charme de Revival est cette sensation de descente et de monter, faut-il encore rappelle qu’Afrockaïne est un groupe algérien ? Pas le moins du monde, Afrockaïne prouve que non seulement est un groupe algérien, mais un groupe universel qui sait se mouvoir dans son style, tout en allant vers l’expérimentation et la fusion, avec son patrimoine algérien et africain, de deux styles diamétralement opposés de prime abord, mais qui se ressemblent sur bien des points.

Et cette influence algérienne se ressent crescendo, d’un rock des plus classiques sur les 6 premières compositions, mis à part la première, l’atmosphère se fait plus chaud et humide, comme si on entrait aux portes du sud, et tout ce que cela implique comme rythme, subtilité et créativité. Mais Afrockaïne ne s’est pas contenté de créer, ils se sont même permis le luxe de retravailler deux titres de leur précédent opus, Fallin’ et Southern Saharian Road, la bien nommée.

Donc comme vous l’avez compris, c’est un album pour la route vers le sud, pour l’aventure même si vous restez dans votre canapé à l’apprécier. Revival est indéniablement l’album rock algérien de l’année, un album à écouter jusqu’à épuisement des facultés auditives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here