Amine Dehane, le génie de la musique algérienne

0
1654

Durant des semaines, Amine Dehane  nous a bercés,  il nous a fait rêver et prouvé que la musique algérienne n’est pas morte. Elle ne l’a jamais été, certes,  mais c’est une renaissance que le maestro nous offre.  Grâce à l’émission Coke Studio, Amine Dehane nous a donné envie de réécouter les tubes algériens, les musiques qui ont bercé notre enfance, et les chants patriotiques souvent oubliés après l’école primaire.

Du génie à l’état pur

La réputation du maestro Amine Dehane ne date pas d’aujourd’hui.  Après des études de musique en France où il pratique le piano,  Amine revient en Algérie pour offrir son talent aux productions du pays, et faire valoriser notre musique si riche, mais tellement délaissée.

On se rappelle encore de la clôture du 6éme festival du Diwan en 2013 où le maestro a fait frémir la salle. Les amateurs de musiques et les mélomanes diront que les harmonies que composent Amine Dehane sont parfaites, elles révèlent un travail incroyablement difficile. Lors de ce festival marquant, Amine Dehane a su garder l’authenticité de la musique Diwan en l’alliant à de différents styles musicaux, tels que le Targui ou la musique indou.

Il est facile de composer diraient certains, mais être en harmonie ? Une mission exigeante pour beaucoup des jeunes et plus âgés compositeurs du monde entier.  Notre maestro national s’en sort haut la main, ses idées fusent et se traduisent en mélodies hautement colorées qui ravivent les émotions des cœurs et la subtilité de l’oreille.

Un mot d’ordre, l’authenticité

Pendant la diffusion de la fameuse émission Coke Studio, nous avons rapidement constaté que Amine Dehane donnait aux musiques algériennes un univers nouveau, une originalité exaltante qui laissaientt les téléspectateurs sans voix, abasourdies par tant de fraîcheur, de précision et encore et toujours d’harmonies. Mais ce qui surprend les millions d’Algériens qui ont suivi Coke Studio chaque jeudi sur Chourouk TV, est la manière dont Amine Dehane réussit à garder l’authenticité de chaque chanson arrangée. D’une manière ou d’une autre, nous reconnaissons le titre aux premières notes.

Amine Dehane a littéralement enterrer Safy Boutella de la scène algérienne, seule son attitude suffit à évincer le compositeur de Kutché et tout le mythe construit autour de lui. Sur le plateau, Amine Dehane est un fou lunaire, à agiter les bras, la tête et à s’exalter de la musique qui tourne dans son cerveau. Dans sa gestuelle, on ressent la passion, la précision, l’envie de donner de nouvelles couleurs vives à une musique devenue terne par le temps.

On garde de Coke studio des coups de cœurs éternels,  le duo improbable de Mok Saib et Cheb Abbes sur « Hed Echira Nebghiha » est tout simplement impressionnant ; arriver à mêler la voix douce de Mok Saib et le timbre inégal de Cheb Abbes est un exercice réussi pour Amine Dehane.  On y a aussi écouté de la musique  sétifienne qui nous a donné des frissons avec Sadek Democratoz et Bekakchi El Khir sur « Sbart Sbart ». Un titre considéré comme une musique d’ambiance pour les mariages  et qui enchante  aujourd’hui les amateurs de jazz !

Amine Dehane c’est un talent, c’est du génie, c’est l’espoir de la musique algérienne  et son renouveau. Dès aujourd’hui, on pensera à lui comme l’unificateur de deux générations qui n’ont qu’un point commun, LA MUSIQUE.  Il ne faut pas oublier que seul, ce résultat n’aurait jamais été possible, il faut grandement saluer les prestations des jeunes musiciens, tels que Moatassam Dehane à la batterie, Nazim Kri à la guitare, Arslane Bouras au Oud et plein d’autres talentueux musiciens algériens.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here