Mihoubi exige « au moins une oeuvre de théâtre en Tamazight dans tous les théâtres algériens »

0
886

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a lancé un appel dans la soirée d’hier, lors de la cérémonie de clôture du Festival national du théâtre professionnel à tous les théâtres régionaux à présenter, dorénavant, au moins un spectacle en Tamazight. « Je voudrais vous signaler que la dernière annonce de son Excellence le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire de Yennayer, premier jour de l’an Amazigh, qui coïncide avec le 12 janvier, une fête nationale officielle nous pousse, de notre coté, a renforcer la culture amazigh et qu’elle soit présente dans tous les événements, entre-autres le théâtre. Pour cela, je fais appel à tous les théâtres au niveau national qu’ils présentent, au moins un spectacle en Tamazight. De notre coté, nous allons contribuer a produire des pièces de théâtre en Tamazight, sous condition qu’elles soient écrites ou adaptées d’œuvres des auteurs algériens. Il faut travailler tous ensemble à renforcer notre culture algérienne, notamment toutes les œuvres qui ont rapport à notre culture et identité Amazigh » a-t-il dit lors de son discours.

Par ailleurs, celui-ci a exprimé son entière satisfaction du déroulement de ce Festival. « Il y avait une certaine stagnation dans la création théâtrale ces dernières années. Mais aujourd’hui j’ai pu constater,  avec beaucoup de joie, l’émergence de jeunes et nouveaux talents sur la scène théâtrale nationale, qui font un travail extraordinaire. Cela malgré toutes les contraintes que les professionnels du théâtre rencontrent, et ont pu éluder. Je suis heureux pour le théâtre, car c’est un des piliers de la culture algérienne. Cela démontre aussi qu’avec beaucoup d’argent, on ne pourra pas automatiquement faire du beau théâtre, et avec peu de moyens, on pourra réaliser de belles œuvres. Et pour cela, je remercie les gens du théâtre qui ont pu relever ce défi ».

De son coté, le commissaire du FNTP, Mohammed Yahiaoui, également directeur du Théâtre national algérien à remercier tous les participants à cet événement. « Ce haut lieu  du 4e art est transformé lieu de grandes pensées, d’échanges intellectuels fructueux et fraternels par excellence. Cette édition est également marquée par une grande affluence d’un public des quatre coins de notre chère Algérie. Un fidèle et admirateur du théâtre. Cet intérêt particulier du public algérien pour le théâtre augure à beaucoup d’espoir et appelle à plus de créations dans notre pays » déclare-t-il. Le même responsable annonce de de nouvelles structurations dans le règlement intérieur du Festival. « Ainsi, il est décidé de constituer une commission dotée de spécialistes et compétences pour sélectionner les spectacles qui peuvent participer à cette compétition au niveau du théâtre national et les théâtres régionaux. Deux autres sélections régionales vont sélectionner deux spectacles issus des associations et coopératifs de théâtre pour prendre part à la compétition. La primauté sera donnée aux œuvres algériennes (texte, adaptation, traduction). Il n’est pas permis aux metteurs en scène, auteurs de textes, scénographes, et aux auteurs de musiques de participer à la compétition avec plus d’une œuvre. Après le rapport de la commission de sélection, le commissaire du festival décide de la date et de la durée du festival. Le programme hors compétition du festival va inclure les troupes lauréates des premiers prix dans les festivals suivants : Le festival du théâtre amateur de Mostaganem. Le festival national du théâtre comique de Médéa. Le Festival national du théâtre Amazigh de Batna. Le Festival national du théâtre d’enfants de Khenchla. Le Festival national du théâtre de marionnette d’Aïn Timouchent ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here