La source : rendre hommage par l’absurde

0
534

Le Théâtre régional de Mostaganem a présenté, dans la soirée d’hier lors Festival national du théâtre professionnel au TNA, sa dernière création théâtrale intitulée « La source ». C’est une pièce écrite par Mustapha Kessassi, et mise en scène par Rabia Guichi. « La source » est surtout un hommage pour les comédiens et artistes qui ont marqué d’une emprunte indélébile leur passages sur les planches.

Elle s’est délinée dans le genre absurde. Un genre théâtral de plus en plus présent et insistant sur la scène algérienne et plus particulièrement cette dernière édition du Festival national du théâtre professionnel. Après kachrouda de Ahmed Rezzak qui excelle dans ce style et l’adaptation du Théâtre régional de Saida de « La fin du jeu » de Beckett, le fondateur de ce style, le public était au rendez-vous pour encourager le théâtre régional de Mostagenem , avec cette pièce où figure une très belle panoplie d’acteurs talentueux. En tout 28 comédiens professionnel, connus sur la scène nationale dont le grand Djilali, Mestapha Laribi – Samira Sahraoui – Abdellah Djellab – Moonia, Youcef Sehairi et d’autres encore.

C’est un bel hommage collectif aux fondateurs du théâtre algérien, à travers des chansons, imitations, poèmes moralisateur, et des récits. Le public a baigné également dans la situation difficile de l’artiste algérien. La pièce met en lumière les difficultés financières et relationnelles de l’artiste et reprochait plein de choses à certains acteurs du théâtre. Avec son texte complètement disloqué, un peu post dramatique, les artistes se relaient chacun avec son propre spectacle, et son texte réapproprié selon son univers.

L’absurde était omniprésent saut aux moments des pauses poétiques ou de chorégraphies et chants en cœur où le style hippique était proclamé par les acteurs. Le talent des nombreux metteurs en scène s’est ressenti dans la scénographie, le changement d’univers, la maîtrise de la troupe. Mais, un spectateur lambda peut remarquer l’absence l’âme de la pièce car c’était effectivement un beau spectacle esthétique, un rassemblement syndical d’artistes pour une cause, un métissage mais pas une union ! Si on devait reprocher une chose à la pièce, c’est qu’elle compte beaucoup de spectacle et pas assez de théâtre.. La pièce « la source » nous a accordé un spectacle dans l’absurde avec son humour forcé. Comment ne pas arracher les fous rires au public avec tant d’artistes talentueux ? Une recette gagnante à tous les coups, mais hélas avec un peu trop de facilité. Cela peut se comprendre par le fait que la pièce est montée dans l’urgence, en dix jours seulement ! Tant de ressources humaines réquisitionnées pourraient rendre un meilleur hommage en surprenant le public. On aurait aimé une touche d’innovation ou de raffinement en cette période de fin d’année, ou d’espoir en ces temps de crise. Si trop d’absurde tue l’absurde, alors que la situation injuste des artistes est absurde et que le public aime l’absurde à l’image de son époque alors vive l’absurde !! Tant mieux pour le théâtre, les artistes et le public

W Ilhem Yahiaoui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here