Olivier Fanon : « des personnes d’outre mer se sont réapproprié Frantz Fanon » 

0
2875

Olivier Fanon est fils de Frantz Fanon. Rencontré par Culture DZ lors de la conférence «Fanon l’Algérie, peaux noires, écrans blancs»  organisée durant le 8ème Festival International du Cinéma d’Alger (qui a eu lieu du 1 au 8 décembre dernier à la salle El Mouggar à Alger) et à laquelle ont pris part, la psychiatre, psychanalyste et écrivaine Alice Cherki, les réalisateurs Mahdi Lallaoui et Abdenour Zahzah, le professeur à l’université de New York et auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma africain, Manthia Diwara ainsi que le fils de Frantz Fanon, Olivier qui à l’issue de cette rencontre, a bien voulu répondre à nos questions concernant son « rêve » de créer une association pour son père.

interviewé par Nadia B

Culture DZ : Pourquoi à ce jour, il n’existe pas d’association Frantz Fanon en Algérie ?

Olivier Fanon : Avec Alice Cherki, nous avons créé une association Frantz Fanon en 2013 à la Bibliothèque nationale d’El Hamma à Alger. Pour le statut de cette association, nous avions déposé un dossier complet au ministère de l’Intérieur pour l’obtention de l’agrément et qui  comprenait tous les paramètres nécessaires imposés par la réglementation pour la création d’une association. Seulement, le ministère de l’intérieur n’a jamais voulu enregistrer la demande car la loi de 2012 relative aux associations, ne le permettait pas ! Et ce, pour un problème de délai de réception de la demande d’agrément. Car selon cette loi, toute réception de demande qui n’a pas reçue de réponse dans les six mois suivant son dépôt vaut approbation. Par la suite, on nous a fait comprendre qu’il y avait des négociations au Parlement sur les lois des associations… et après rien. Je me suis présenté par la suite au ministère de l’Intérieur pour voir un interlocuteur que j’ai eu au téléphone et qui était prêt à m’aider, seulement une fois sur les lieux, ce monsieur ne répondait plus et jusqu’à ce jour, je n’ai eu aucune réponse, ni un oui, ni un non, ni une explication ! Par la suite, j’ai réussi à publier un petit papier sur le journal Liberté et où le journaliste, auteur de l’article avait posé aux instances concernées, la question du refus d’octroi de l’agrément à cette association, et le même constat, je n’ai eu aucune réponse ! Après cela,  j’ai bien sur fait d’autres démarches qui n’ont pas abouti. Même concernant la création de la maison Frantz-Fanon à l’hôpital de Blida où on n’a eu aucune réponse. On avait même publié un autre article sur le quotidien El Watan, et toujours aucune réponse.  J’avais même fait une petite digression à l’époque concernant une association des Amis de Ben Bella créée à Maghnia à l’extrême ouest algérien ou sur un petit papier, je disait que j’étais prêt à délocaliser l’association Frantz Fanon de la Bibliothèque d’El Hamma à Alger jusqu’à Maghnia en me disant que peut-être elle serait agrée là bas. Et même ici, je n’ai eu aucune réaction… Et à force de cette « politique de l’autruche », des gens de l’autre côté de la Méditerranée se sont réappropriés Frantz Fanon. J’ai une demie sœur qui à crée une fondation Frantz Fanon à Paris et qui existe depuis 2009. A Boston, aux Etats-Unis, une université porte le nom de Frantz Fanon… moi je n’ai pas demandé une fondation mais juste une association ! Aujourd’hui je demande qu’on m’aide. J’ai 62 ans, je suis un grand père et je me bats toujours pour créer une association au nom de mon père en Algérie. Même si aujourd’hui je travaille à l’Ambassade d’Algérie à Paris, j’ai toujours ce câble qui me lie à l’Algérie. Je travaille à l’Ambassade huit heures par jour et je dis que je suis en Algérie pendant ces huit heures…je n’ai pas rompu avec mon pays au contraire je veux une continuité que je souhaite matérialiser à travers cette association. À Alger, il y a un Boulevard et un hôpital Frantz Fanon mais ce n’est pas suffisant.A Ain El Kerma, il y a une statue de Fanon dans un jardin public. mon père ce n’était pas une statue, mais de l’actioN’.

Pourquoi ce blocage selon vous ? 

Je ne sais pas. Et je me demande pourquoi aussi !

Quels sont les objectifs de cette association ?

Perpétuer les idées de Fanon, ses travaux sur la psychiatrie, organiser des colloques. C’est tout cela. Tout comme il existe l’association des amis de la rampe Louni Arezki, pourquoi il n’y aurait-il pas une association sur Frantz Fanon. Qu’on me dise pourquoi on nous prive de cette mémoire.

Donc, il y a quelque part un manque de reconnaissance pour Frantz Fanon.

Même pas. Fanon était et est toujours un éveilleur de conscience, un empêcheur de dormir tranquille et lorsqu’on lis ses œuvres on ne fait que le confirmer. C’était un futuriste, un visionnaire. En 1961 il avait dit ce qui ce passe aujourd’hui. Il connaissait comment exister, et perdurer autrement. Donc je refuse de rester contemplatif de cette situation.

Nadia B