ESBA : reprise des cours sur fond de contestation

0
973

Les étudiants de l’Ecole supérieure des Beaux-arts d’Alger ont repris, cette semaine, le chemin vers les bancs de leur école après une période d’incertitude qui a durée trois mois. Cela après que l’administration de l’école a enfin décision d’affecter les étudiants résidents des autres wilayas à travers différentes cités universitaire de la capitale. L’Opération s’est déroulée avec son gros lot de problèmes.

Dans une pétition que les étudiants comptent transmettre au directeur de l’école, ceux-ci soulèvent une demi-dizaine de points. « Une semaine après la rentrée qui a pris deux mois de retard, les étudiants internes rejoignent vite leurs cités, mais ils ne tardent pas à se retrouver dans une situation impraticable : Etudiants dirigés vers des chambres sans matelas. Heure de démarrage des derniers cous de Tafoura à Dergana fixée à 17h. Placés avec des colocataires inconnus, on court un risque considérable de vols. Vivre avec quelqu’un ayant un mode de vie différent et des besoins différents n’est pas évident, sans oublier le risque de se faire expédier par son colocataire à n’importe quel moment tel que c’était le cas la semaine passée à Bab Ezouar pour une étudiante » écrivent-ils.

Les auteurs de cette lettre dénoncent la manière dont ils sont dispatchés dans ces cités. « Il n’est pas difficile de savoir que la procédure était la suivante : remplir les places vides par les étudiants des beaux-arts, et si toutes les chambres sont déjà occupées, il ne reste que des places là où personne n’est le bienvenue. Quant aux 10 étudiants ayant vu leurs demandes d’hébergement rejetées (Tipaza, Blida, Bordj Mnaiel) on tient à informer qu’à 17h il n’y a pas de transport estudiantin emmenant à chacune de ces destinations, sans oublier les difficultés à se déplacer dans les conditions normales » ajoute-t-il encore.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here