Fais soin de toi, parlons amour !

0
489

Par Boudj
Les premières images prises par une caméra ne sont pas forcément des plans qui doivent annoncer une couleur bien précise. Elles peuvent aussi véhiculer le doute dans lequel le réalisateur veut nous plonger, ses propres doutes et interrogations. C’est ainsi que la caméra de Mohamed Lakhdar-Tati nous plonge dans ces propres doutes avec un sujet épineux : l’amour.
Projeté à Bejaia dans le cadre des rencontres cinématographiques et à l’Institut Français de Constantine, la dernière œuvre de Lakhdar-Tati a fait une halte à Alger toujours à l’Institut Français pour nous faire part de ses doutes sur une des questions existentielles chez l’être humain, l’amour.
Lakhdar-Tati ne cherche pas l’amour, mais lui cherche plutôt un sens, c’est ainsi qu’il prendra la route, interrogeant son entourage, amis et famille, ainsi que de parfaits inconnus à travers l’Algérie qu’il traverse avec ce leitmotiv.
Qu’est-ce que l’amour ? Tel est la question avec laquelle il aborde ses interlocuteurs, une question épineuse, qui prête à des débats et différents échanges de points de vue, de l’homme de la rue à l’intellectuel. Cette question passe aussi par l’interprétation d’un enfant, qui la décortique par réponses clair pour lui, mais qu’en sera-t-il si on la lui posait dans une dizaine d’année ?
L’amour est un sentiment qui nous plonge aussi dans l’amertume de rencontres qui ont brisé un cœur et engendré des désillusions. Les personnages, parfois hauts en couleurs et volubiles souhait, nous plongent dans leur propre doute, doute commencé par Lakhdar-Tati, parfois dans l’attente, dans l’hésitation et la réflexion, en atteste une caméra qui va dans tous les sens et mais qui ne cherche pas à brouiller les pistes.
« Fais soin de toi » est le miroir non déformant de nos propres doutes dans la mesure où chacun s’identifie à la situation de tel ou tel intervenant, qui nous pousse vers une introspection de nos propres actes manqués, de nos doutes qui nous rongent et de l’amour que nous recherchons tous.
L’approche filmique du documentaire de Lakhdar-Tati est captivante, dans le sens où la caméra nous rapproche de chaque être rencontré, de chaque interrogation émise, qu’elle vienne du réalisateur ou de celui qui se tient en face d’elle.
Le message porté par « fais soin de toi » est un message d’amour, au-delà d’un certain fond de mélancolie assumée sur ce que l’amour nous réserve comme souffrance et déperdition, il nous incite à aimer et à ne pas s’abandonner.
« Fais soin de toi » nous donne le sourire dans cette vision concrète de ce qu’est l’amour à l’algérienne, un immense océan où il est sûr que le sens du mot amour est un éternel dilemme de l’esprit humain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here