L’Algérie et la France comptent renforcer la coopération culturelle

0
243

L’Algérie entendu renforcer et développer d’avantage la coopération dans différents domaines culturels avec la France. C’est ce qui ressort de la rencontre, aujourd’hui, entre le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi et le nouvel ambassadeur de France en Algérie, M.Xavier Driencourt.

« Les deux parties ont longuement examinés la coopération culturelle entre l’Algérie et la France dans tous les domaines, régi par l’accord de partenariat stratégique de 2012, signée entre les deux gouvernements et aux conventions conclus dans le domaine de la coproduction cinématographique, du livre, de la formation et de la recherche et des fouilles archéologiques », écrit-on dans un communiqué du ministère de la Culture. La coopération entre les deux pays dans le domaine de la production cinématographique a déjà donné ses fruits à travers la réalisation d’un grand nombre d’œuvres qui ont eues du succès. Dans ce sillage, Azeddine Mihoubi a « insisté sur l’investissement dans le domaine de l’industrie cinématographique et la formation, notamment dans l’écriture des scenarios ».

Le livre n’est pas en reste de cette rencontre puisque « les deux parties ont convenu de renforcer la coopération dans le domaine des bibliothèques avec la création de nouvelles structures, renforcer la présence des deux pays dans les différentes manifestations liées au livre, organisées de part et d’autre et renforcer les actions de coopération menées entre la Bibliothèque Nationale d’Algérie et la Bibliothèque Nationale de France dans le domaine de la formation », projette-t-on.

En ce qui a rapport au patrimoine, les deux parties comptent mettre en œuvre la convention signées entre les deux pays « particulièrement la convention concernant la formation à l’archéologie et aux métiers du patrimoine sur le site archéologique de Lambèse-Tazoult à Batna, entre l’Ecole Nationale de Conservation et de Restauration des Biens Culturels et le CNRS/ENS Français ». Les deux partie comptent également « mettre en place des mécanismes pour une coopération dans le domaine de l’archéologie subaquatique », conclu-t-on.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here