Fête de la musique : grandiosse, malgré les lacunes

0
482

Le méga-concert annoncé pour marquer la fête de la musique à tenue toutes ses promesses sur le plan musique et ambiance. Le concert a été à la mesure des attentes des milliers de spectateurs, venus des quatre coins du grand Alger et même des wilayas limitrophes, pour savourer ce moment de fête.

L’ouverture a été faite par la talentueuse Amel Zen, qui a annoncé le ton dès le début avec ses rythmes endiablés. La jeune artiste, fidèle à ses principes humains, a tenue à marquer son soutien aux ressortissants africains face aux actes de racisme dont ils sont victimes, notamment ces derniers temps. Amel Zen a été chaudement applaudie par le public. La star de la scène musicale actuelle algérienne a été suivie par une groupe qui fait également  sensation ces dernières années, El Dey. Les chanteurs de ce groupe ont continué sur le même rythme, créant une ambiance électrique au milieu du public. Ils ont interprétés leurs titres Les plus connus et aimès par la public, notamment Maria. Après un moment d’ambiance de haute voltige assuré par le DJ Boss, le relais est donné au jeune duo Meziane et Chibane. Ces derniers, qui viennent à peine de sortir leur premier album, ont chanté en totale symbiose avec le public, décidément prédisposé à  profiter de l’ambiance unique qu’offre cette mémorable soirée. Meziane et Chibane sont relayés  sûr scène par l’ex-star du groupe Djmawi Africa. Djam à annoncé son passage avec des chansons boostées aux musiques et sonorités africaines. Aucun moment de répit n’a été donné au public. La piste de danse est submergée par le public tout au long du spectacle, tout comme une sorte de défi non annoncé avec les artistes.

Deux heures du matin, le public est toujours assez énergique. Ils sera servi de la plus belle manière, cette fois-ci avec le groupe Freelkane qui fait son entrée avec des titres puisés de leur tout dernier album Nomad.

C’est presque l’heure du Shour, le mythique  groupe Raina Rai fais son entrée sous une salve d’applaudissements du public. Le meneur du groupe, Lotfi Attar a entraîné ses fans dans une ambiance spéciale, propre à ce groupe qui a marquée d’une emprunte indélébile la scène artistique Algérienne.

À noter que ce magnifique méga-concert s’est déroulé dans une ambiance familliale enflammée, sereine et tranquille. Aucun dépassement n’a été signalé.

Discrimination à l’égard des journalistes

Certains journalistes venus, ou invités à couvrir l’événement, sont restés stupéfaits devant l’attitude des organisateurs de la soirée. En effet, quelques confrères et consoeurs étaient autorisés à rentrer échanger avec les artistes, recueillir leurs impressions sur la soirée, accomplir leur travail, et d’autres ont été refoulés de l’entrée. Une attitude De deux poids deux mesures très regrettable envers la presse, d’autant plus « qu’aucun critère de sélection » n’a été établi. On fait rentrer les journalistes non pas sur présentation d’une carte professionnelle, mais « selon les visages » témoigne-t-on Sur place. « On n’arrive pas a se séparer du mode béni-3amisme, et copinisme. Nous n’arrivons pas à nous mettre sur les standards internationaux en la matière. Ailleurs on instaure un système d’accréditations ou autres manières équitables, chez nous,c’est toujours les mêmes manières qui subsistent » regrette un confrère, dépité de cette attitude très courante à Alger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here