« Bahidja » de Ziani Cherif Ayad bientôt sur les planches du TNA

0
97

La nouvelle pièce du metteur en scène Ziani-Chérif Ayad a été présentée aux journalistes dans la matinée de ce mardi, au niveau Théâtre national algérien Maheiddine Bachtarzi, à Alger. Cette pièce, écrite par Arezki Mellal, est inspirée du roman de Leïla Aslaoui « Sans voile, sans remords » est intitulée « Bahidja ». Elle sera présentée au public d’ici une vingtaine de jours, affirme son metteur en scène.

C’est un drame inspiré d’une histoire véridique d’une jeune lycéenne, camarade de classe de l’auteure du livre. Cette femme a vécue les tourments de la décennie noire, traversée par l’Algérie.  « Le but n’est pas de remuer le doigt dans cette douleur. Mon but c’est de raconter cette histoire, mettre des mots, et des visages a des faits. C’est un témoignage d’une époque »explique le metteur en scène.

Celui-ci avoue qu’il ne reste enfin que quelques détails,  sur le travail de lumière et la pièce sera prête à présenter au public. Ziani-Cherif Ayad a préféré choisir la simplicité dans le décor et la scénographie. « Je ne demande pas au chorégraphe de me faire des figures de danse. Dans notre société, nous avons un problème avec l’expression corporelle. Nous n’avons pas cette culture de s’exprimer par le corps » explique-t-il encore.

Concernant la musique, « Bahidja » ne contient que des sons. « Nous avons intégré de tout petits morceaux de musique, mais pour la majeure partie du spectacle, nous n’avons fais que des sons » raconte-t-il. Le travail de mise en scène a duré deux mois. Les comédiens qui jouent dans la pièce sont inconnus du metteur en scène avant ce travail. «Nous avons fais un travail de troupe, pour lequel tout le monde a contribué. Au tout début, j’avais une crainte, car ce sont des comédiens que je ne connaissais pas. On s’est découvert pendant le travail. Mais j’avoue que tout s’est déroulé dans d’excellentes conditions. Un climat de parfaite symbiose.  Les comédiens, techniciens, et tout ce qui ont participés étaient très bien. Nous avons réalisé le défi de monter la pièce en deux mois, comme nous l’avions promis  », s’est félicité Ziani-Cherif Ayad. D’ailleurs, les acteurs de la pièce ont montré une parfaite complicité dans leur jeu, durant la présentation d’extraits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here